Le jeu des chiasses musicales

Publié le

La mi-saison approche, et avec elle, les flatulences et autres bruits de couloir d'un paddock boursoufflé par les orgies Mosleyennes. C'est le temps des chaises musicales, le moment où jamais pour les directeurs d'écurie de se débarrasser des choix forcément mauvais que hype et sponsoring sauvage entremêlés leur ont dicté durant l'hiver.

L'affaire Piquette Junior est au centre des débats, tant elle est d'ampleur. Pensez donc : voilà un jeune homme qui non content de devoir plus que largement sa présence au nom que lui confère l'autorité paternelle la plus prétentieuse qu'on ait connu depuis mille ans, avait trouvé dans la surenchère vantarde de son propre talent, l'unique chance de briller un jour à la une des torchons. Il devait tout défoncer, son équipier en tête, on allait voir ce qu'on allait voir. Mais, décidément, la F1 et ses spectateurs (il est vrai régulièrement frappés de cécité au moment d'analyser quoi que ce soit), ne voient toujours rien sinon des épaves poussiéreuses et abîmées dans les bacs à gravier.
Mais Pat Symonds, lui, n'est pas aveugle. Il a lu dans le marc de sa Ricorée et nous explique, les yeux brillants et le ton solennel, que Piquet a simplement besoin de retrouver la confiance dans le dedans de lui. Sortez les violons, dégainez les kleenex. Pour ce faire, le petit Nelsinase, aux dernières nouvelles, serait envoyé pour y retrouver le goût du jeu, dans le centre de loisirs Toro Rosso. On savait depuis Barcelone et sa tentative désespérée de rentrer de force dans le baquet de Bourdais (qui, en bon bigleux, n'avait rien vu venir) tout l'amour que portait Piquette à la modeste équipe torine, et on se doute qu'il ne sera pas fâché d'avoir un autre grain à moudre que cet ibère un peu trop rude à qui il sert actuellement de punching-ball chronométrique. Tout le monde y trouve son compte, et seules les mauvaises langues auraient le culot d'y voir de la part de Renault une tentative désespérée de masquer ce qui constitue peut-être leur plus retentissante erreur de casting depuis Jean-Charlot Fisichella.

Mais là où tout de même l'affaire se corse, c'est que la dernière rumeur désigne en Papy Coulthard le successeur intérimaire au junior Nelson Quipèt. S'il faut reconnaître que l'embauche de Jacques Villeneuve eut versé un peu fort dans le comique de répétition du côté de Viry-Chatounette, il y avait tout de même d'autres noms, plus évidents. Celui de Takuma Sato fut évoqué pour le rôle, et c'est sans doute pour montrer qu'il est plus que jamais à la hauteur du minuscule japonais dans le style fracassant que Pépé Cloutard s'évertue à briser son matériel contre chaque mur et chaque adversaire depuis le début de l'année.

C'est pour ce dernier point que Raide Boule ne serait alors sans doute pas mécontent de remplacer le grabataire par le tout frais Vettel, qui lui verra sans doute d'un bon oeil l'opportunité de fuir les humiliations que lui infligent weekend après weekend les chronos de l'ex-amerloque miro qui lui sert d'équipier.


Ouais_supère

Publié dans Formula Ouane

Commenter cet article

Prout prout 05/06/2008 14:40

bien propre les chiottes servant d'illustration. moi qui pensait qu'il y aurait eu un fond de chiasse bien liquide, en adéquation avec le titre. queue d'ale.